Cité éducative à Monplaisir : ambiguïté et imprécisions sur certaines orientations

Intervention de Vincent DULONG au conseil municipal du 27 mars concernant le protocole d’accord « Une ambition éducative partagée pour Monplaisir ».

Monsieur le Maire
Monsieur l’Adjoint au Maire,

Redonner l’envie aux jeunes de participer à la vie sociale locale, aux enseignants d’innover dans leurs pratiques, aux élèves d’aller à l’école, aux parents de s’impliquer dans la scolarité de leurs enfants sont des priorités politiques que nous portons (je pense) collectivement dans cette enceinte municipale.

Nous partageons les constats et les enjeux de la convention présentée ce soir et nous partageons la nécessité de réaliser ce projet de cité éducative Lurçat – Mounier. Nous voterons en faveur de cette délibération mais en émettant des réserves sur certaines orientations qui nous semblent imprécises, subjectives ou parfois ambiguës.

Pour nous, élu-es de la minorité, l’éducation doit permettre à chacun la possibilité de construire le parcours qu’il souhaite suivre. Pour nous, l’éducation vise avant tout à émanciper et surtout pas à conditionner ou à formater.

Or, la lecture de cette convention tripartite et notamment de certaines expressions ou actions m’a interpelé.

J’avoue par exemple être très mal à l’aise avec le concept de « lycée tricolore » en étant interrogatif sur les valeurs que cacherait cette « expression valise » ou sur la finalité des messages politiques qui pourraient être sous-entendus.

J’avoue être mal à l’aise avec le concept « d’excellence républicaine ». Admettez qu’il y ait deux versants pour le comprendre. Le premier serait plutôt défini comme la nécessité de s’inspirer des fondamentaux républicains que sont la liberté, l’égalité et la fraternité pour forger un projet d’épanouissement et d’émancipation ouvert sur le monde. Le second versant serait malheureusement plutôt l’expression d’une forme exacerbée d’un patriotisme guidé par l’autorité, le souverainisme et le repli.

J’avoue être mal à l’aise avec le concept « d’excellence éducative ». Je préférerai que l’on soit plus sincère en mettant en avant la coopération et non la compétition, la confiance et non la sélection et l’exclusion.

J’avoue enfin être mal à l’aise en constatant l’absence d’un certain nombre de thèmes dans les actions éducatives. Vous citez le civisme, les valeurs de la République, la prévention et la lutte contre les addictions et l’ouverture au monde économique. Certes, mais nous nous adressons à un public de lycéens et de collégiens qui sont à un moment clé de leur construction personnelle. Alors pourquoi la lutte contre les discriminations, la lutte contre l’homophobie, l’égalité femme/homme ou les questions de santé sexuelle ne sont-elles jamais citées dans le document ?

Vous comprendrez avec ces quelques exemples nos incertitudes, nos doutes et nos réserves. Nous serons donc vigilants à la mise en œuvre de ces actions et nous serons évidemment exigeants si nous constatons que les orientations développées sont contraires à nos valeurs. Il s’agit bien pour nous de faire de cette cité scolaire Lurçat – Mounier le lieu de la construction de l’autonomie, de la solidarité et de la responsabilité, et le foyer de l’attention à soi, aux autres et au monde qui nous entoure.

Je vous remercie.

Vincent DULONG