[Communiqué] Pic de pollution : la communauté urbaine doit prendre ses responsabilités

Avant 2014, lors de pics de pollution annoncés sur le territoire, Angers Loire Métropole décidait la gratuité des transports en commun. Une décision de bon sens à l’image de nombreuses autres grandes villes pour être le plus incitatif possible en encourageant les transports en commun.

L’absence de décision de l’équipe de Christophe Béchu pour réduire la pollution nous préoccupe. Car s’il n’était pas friand des bons classements obtenus par notre territoire avant son élection, il semble aujourd’hui, comme nous, se réjouir de voir Angers en haut du podium des villes où il fait bon vivre. La santé et la qualité de l’air participent pleinement de cette qualité de vie.

La pollution de l’air n’est pas un enjeu mineur au 21ème siècle. La passivité doit laisser place à la pro-activité dans ce domaine. Angers Loire Métropole tient-elle toujours son rang dans le concert des métropoles durables ? Nous attendons des décisions ambitieuses à la fois sur le court terme et le long terme mais elles ne viennent pas.

Les choix de l’équipe de Christophe Béchu sont irresponsables face aux enjeux qui nous concernent : repousser la seconde ligne de tramway aux calendes grecques, supprimer des arrêts de bus en hyper-centre durant les travaux du carrefour Rameau sans réduire en parallèle la place des voitures, maintenir une voirie autoroutière sur la voie des berges plutôt que de la transformer en boulevard urbain apaisé, augmenter le prix des tickets de bus à la montée, réduire les budgets dédiés aux vélos….

Ces orientations sont définitivement à rebours de l’intérêt des Angevines et des Angevins et marquent une absence de vision politique sur la santé de nos concitoyen-n-e-s

Les élu-e-s du groupe Aimer Angers

Frédéric BÉATSE, Rose-Marie VÉRON, Gilles MAHÉ, Fatimata AMY, Antony TAILLEFAIT, Silvia CAMARA-TOMBINI, Alain PAGANO, Chadia ARAB, Luc BELOT, Estelle LEMOINE-MAULNY, Laure REVEAU, Vincent DULONG