Congrès, salons…la concurrence fait de l’économie, pas de la politique

 

Intervention de Fatimata AMY au Conseil Municipal du 30 mai 2016 sur la rénovation du Centre de Congrès.

Mr le Maire, chers Collègues,

Vous venez de nous présenter la rénovation du centre des congrès, comme dossier en exergue du conseil du jour, donc un dossier hautement stratégique, en matière de rayonnement pour la ville d’Angers et sa communauté urbaine.

Pour  rappel monsieur la maire, vous écriviez dans un courrier du 4 avril 2013, je vous cite:

« Le tourisme d’affaire est un axe important de développement économique pour Angers et je comprends parfaitement le souhait de s’interroger sur la capacité de l’outil actuel à répondre aux attentes des congressistes » fin de citation.

Permettez-moi de rappeler également les propos de Mme Catherine Leblanc dans un échange avec Angers Mag Info du 7 août 2015 : « Le projet porté par l’actuelle majorité consiste en une rénovation et une modernisation d’un équipement qui date de 1983, tout cela dans un contexte de concurrence accrue en la matière. » Toujours dans Angers Mag, « le tout devant nous revenir à 16,1 M TTC d’euros » (c’était la promesse de campagne).

Oui, la concurrence est rude dans notre grande région ouest (Rennes, Nantes, St Malo, la Baule, Tours) et notre environnement local (Terra Botanica, Arena Loire, Parc expo, les lieux insolites (Château, Greniers St Jean, musées, ….).  Cela fait beaucoup de monde avec qui partager le gâteau qui pourrait bien finir en tartelette pour Angers.

Nous notons que la seule nouveauté  en fait se limite à une terrasse jardin de 392 m² et nous retenons surtout que la rénovation proposée n’est principalement qu’une transformation d’espaces. Nous étions sûrs qu’avec une enveloppe de 16 M d’euros et ce petit projet, nous n’allions pas révolutionner le marché du congrès à Angers. Monsieur le Maire, la réalité vous a rattrapé, puisque vous parlez maintenant d’une enveloppe de 20M d’euros. (+ 4 M d’euros).

Le tourisme d’affaires, c’est une filière d’emplois directs et indirects de plus de 5000 personnes, c’est aussi 375000 nuitées d’hôtels représentant 66% du business des hôteliers, sans oublier les taxis, tout le commerce, la restauration etc….

Un seul exemple: le BHR, c’est 2M d’euros de retombées économiques en moins dans les caisses. Son départ comme celui d’autres,  serait un sacré coup dur pour  le rayonnement du coeur de ville.

Monsieur Capus,  je vous cite « nous devons réagir » oui, nous le devons;  j’ajouterai avec ambition et une vision stratégique.

 Ce centre à 20 M d’euros tout compris, sera-t-il plus polyvalent?

Quelle stratégie face à la concurrence tant au niveau local, régional que national?

Que faisons-nous face aux départs?

Quel coût économique pendant les travaux? Que faisons-nous avec l’ONPL?…..

 En conclusion, la concurrence fait de l’économie et pas de la politique. Vous ne devez pas bloquer l’ambition de la ville d’Angers. Faites démentir les Douceurs angevines « Angers végète« .

Présentez-nous un projet de centre des congrès qui renforcera le rayonnement et l’attractivité de notre ville.

Je vous remercie

Fatimata AMY.