Emplois aidés : la décision du Gouvernement menace l’avenir de structures associatives

Nous avons déposé le vœu suivant au Maire d’Angers pour le Conseil Municipal du 30 octobre concernant la suppression des emplois aidés. 

« Le Gouvernement d’Edouard Philippe a annoncé en septembre que seuls 320 000 contrats aidés seront financés en 2017. Ce sont ainsi 140 000 contrats qui ne seront pas renouvelés par rapport à l’année 2016. Selon le projet de loi de finances, cette réduction drastique devrait se poursuivre en 2018 puisque seuls 200 000 contrats aidés ont été budgétés à ce stade. En deux ans, 260 000 emplois aidés devraient donc être supprimés, ce qui constitue un plan social sans précédent, notamment dans le tissu associatif.

Cette décision unilatérale est un coup dur pour l’emploi et pour tous les bénéficiaires du dispositif. En effet, ce sont une nouvelle fois les personnes souvent les plus éloignées de l’emploi qui sont les victimes de décisions purement budgétaires, au mépris du travail d’insertion et d’accompagnement des employeurs associatifs et des collectivités territoriales.

Cette décision est également un très mauvais coup porté à la vie associative. Les associations, qui ont déjà subi d’importantes coupes budgétaires, n’auront pas les moyens d’embaucher sans cette aide. Médiateurs culturels, animateurs sportifs, intervenants auprès des jeunes ou auprès des personnes âgées, auxiliaire de vie, aides ménagères… tous ces emplois sont aujourd’hui très fortement menacés. A Angers, des centaines de postes sont concernés dans les associations et les services publics. La décision du Gouvernement menace l’avenir de structures associatives œuvrant dans des activités d’intérêt collectif et risque donc d’avoir de graves conséquences sur la vitalité associative de notre territoire.

Le Conseil municipal d’Angers :

  • Demande au Gouvernement de revenir sur la décision de réduction drastique des emplois aidés en 2017 ;
  • Appelle les parlementaires à amender le projet de loi de finances 2018 pour revenir à un objectif de 430 000 emplois aidés afin de laisser le temps au Gouvernement de proposer une réforme globale permettant le maintien de la qualité des services publics de proximité et de la vitalité du tissu associatif;
  • Mandate le maire d’Angers pour demander à la Préfecture de Maine et Loire de rendre public un état des lieux précis des effets à Angers des décisions du Gouvernement, pour 2017 et 2018, dans les secteurs culturel, sportif et social comme dans l’éducation et la formation ;
  • S’engage à adopter dans les plus brefs délais un plan global de soutien au monde associatif angevin et à stopper les baisses de subventions. »