Suppression d’activités pour les retraités au CCAS : la Ville se trompe de combat

En cette nouvelle année, les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour les Angevins. Comme l’annonce aujourd’hui la presse locale, la Ville veut désormais réduire les activités proposées aux retraités dans le cadre du CCAS : elle se trompe de combat.

Le Maire C.Béchu et son adjoint M.Henry dans une approche très libérale voient dans les activités sportives proposées à des tarifs accessibles aux retraités angevins une formidable source d’économie. Ils justifient cette décision unilatérale en estimant que le « CCAS n’a pas vocation à organiser des activités qui existent déjà dans le milieu associatif ». Pourquoi cette confrontation permanente entre les services de la collectivité et les forces associatives ? La majorité prône le cloisonnement quand ce qui marche c’est l’ouverture et la complémentarité. Et que penser des propos de Mme Moreau qui dit que la programmation culturelle, ce n’est pas l’affaire des maisons de quartier ?

Savent-ils que les retraités ne sont pas tous des privilégiés, loin s’en faut, et que beaucoup sont des femmes seules avec de petites retraites car elles n’ont pas toujours eu une activité professionnelle continue ?

Savent-ils que les activités sociales et physiques sont la meilleure prévention à un vieillissement difficile qui, lui, nécessite de recourir à des services qui ont un coût élevé pour la société ?

Les économies réalisées au détriment du lien social, de la cohésion et du faire ensemble sont de fausses économies. Un ex-Président de Conseil Général devrait pourtant l’avoir compris.

Il y a quelque chose de franchement méprisant dans le fait de se revendiquer « Ville amie des ainés », de renvoyer des activités du CCAS vers les associations et de dire à ces dernières : ça sera -5% de subventions en moyenne mais bonne année quand même !

Rose-Marie VÉRON,

Conseillère municipale du groupe Aimer Angers et membre du Conseil d’Administration du CCAS

Rose-Marie VERON