Tramway : encore un coup dur pour les quartiers

Les propos du président d’Angers Loire Métropole à la presse concernant la 2ème ligne de tramway, s’ils nous étonnent peu sur le fond au vu de la mascarade de ces derniers mois, nous interpellent sur la forme : avec cette attitude il confirme le peu de respect qu’il porte à ses collègues du conseil communautaire. Bien qu’élus par un scrutin direct en 2014 par 23 486 Angevins, nous n’avons encore une fois pas eu connaissance des dossiers présentés aux Maires de l’agglomération. C. Béchu avait pourtant annoncé lors de ses vœux que ce sujet serait débattu durant un conseil privé. Il n’en fût rien. Ainsi, l’ensemble des élus communautaires ne s’est pas encore prononcé que le président de cette assemblée confirme une décision. Il s’agit pourtant d’un dossier capital pour notre territoire, qui doit être sereinement débattu par un véritable espace démocratique et non une chambre d’enregistrement.

Repousser à 2019 le début des travaux valide ce que nous disions sur les approximations techniques de ce tracé élaboré sur le coin d’une table durant la campagne, simplement parce qu’il fallait cliver. Ces difficultés ont fait prendre un tel retard que la ligne n’aurait pas pu être en fonctionnement avant les élections : les Angevins n’auraient subi que les longs désagréments des travaux et C. Béchu sait bien qu’il ne peut se permettre d’agacer ses électeurs. En les faisant débuter fin 2019, la duperie ne trompe personne. L’intérêt général semble avoir été sacrifié au profit de calculs électoraux.

Enfin, l’argument financier n’est qu’un faux prétexte puisque les baisses de dotations de l’Etat étaient déjà prévues en 2014. Comment un sénateur pouvait-il les ignorer ?

Sur le fond, nous attendons de disposer des documents pour juger de cette décision qui marque un vrai tournant dans le mandat de C. Béchu.

Luc BELOT et Fatimata AMY, conseillers communautaires d’Angers Loire Métropole

Luc Fatou