Zones 30 à Angers : vous connaissez la célèbre chanson de Dutronc -L’opportuniste- ?

Intervention de Vincent DULONG au conseil municipal du 24 avril 2017 concernant le projet d’extension des zones 30 à toute la ville. 

Monsieur le Maire,

Monsieur l’Adjoint au Maire,

Vous connaissez sans doute la célèbre chanson de Jacques Dutronc, intitulée « L’opportuniste » ? Je trouve que le refrain de cette chanson résume très bien la situation dans laquelle certains d’entre vous seront au moment de voter ce dossier en exergue.

Je m’explique.

Vous rappelez-vous, qui a écrit en 2013, je cite « la vision dogmatique de la majorité sur l’extension de la zone 30 à toute la Ville fait d’Angers une ville inconfortable et souvent dangereuse pour tous » ? Ce que je viens de lire est un extrait d’un petit fascicule intitulé « Angers Danger » qui a été signé par le groupe de l’opposition de l’époque dont 9 membres appartiennent aujourd’hui à votre majorité municipale, ces 9 mêmes membres qui voteront sans doute ce soir la délibération qui reprend à  la fois la méthode de concertation, le plan global de hiérarchisation et les solutions techniques adoptées sous le précédent mandat.

Extrait du pamphlet « Angers Danger » publié en 2013 par l’ancienne minorité

Nous avons un peu de mal à comprendre ce grand écart sauf à nous remémorer le fameux refrain de la chanson de Jacques Dutronc.

De notre côté Monsieur le Maire, nous ferons preuve d’une plus grande stabilité et robustesse politique. Nous voterons cette délibération en cohérence avec la politique publique sur la ville apaisée que nous avons menée dans le précédent mandat et en cohérence avec les propositions sur la reconquête des espaces publics que, nous, nous avions portées pendant la campagne des élections municipales en 2014.

Toutefois, nous tenons à apporter quatre observations.

La première observation est sur l’historique de la démarche de la ville apaisée à Angers. Pour mémoire avant votre élection en Mars 2014, il y a eu une concertation sur les 10 quartiers de la Ville pour définir les rues à classer à 50, à 30 ou à 20 km/h et pour déterminer les aménagements urbains à prévoir, puis la réalisation d’un plan de hiérarchisation des voiries à l’échelle de la Ville et enfin la mise en place de ce plan dans 7 quartiers sur les 10. Nous étions même la 1ère ville de France à avoir co-construit cette démarche avec les habitants et à avoir recruté un doctorant en psychologie à la Direction de la Voirie pour analyser les comportements d’un panel de citoyens sur 3 années. Ainsi, en dehors du changement de nom, la délibération proposée ce soir n’est pas une nouveauté, mais la finalisation du plan à 30 km/h dans les 3 derniers quartiers de la Ville que sont les Hauts de St Aubin, Belle Beille et La Doutre.

La deuxième observation est sur les promesses de campagne en 2014. Vous aviez déclaré et écrit dans votre programme Monsieur le Maire que vous souhaitiez remettre à plat les zones 30 afin de les retreindre aux zones résidentielles et aux secteurs à risques. Vous n’étiez donc pas en accord avec le plan réalisé lors du précédent mandat et votre objectif était donc de le modifier substantiellement. Pourriez-vous communiquer aux membres de ce Conseil Municipal le plan initial établi en 2012/2013 pour le comparer à sa version actualisée que vous affichez dans les annexes ? Pourriez-vous enfin nous commenter les différences fondamentales entre les deux versions pour expliquer le clivage entre la vision qualifiée de dogmatique de la précédente équipe municipale et la vision supposée plus vertueuse de la majorité actuelle ?

Extrait du programme municipal de Christophe Béchu, page 9.

La troisième observation est sur le cadre et l’état d’esprit de votre concertation dans les 7 quartiers à 30 km/h. La question dans la saisine est la suivante : « après plusieurs années qui permettent d’avoir le recul nécessaire pour apprécier les impacts de ces mesures, la limite à 30 km/h est-elle bien justifiée ? ».  Et les attendus de cette saisine sont de demander aux conseils de quartier de « formuler un avis sur la nécessité de remettre certaines voies à 50 km/h pour assurer les continuités d’itinéraires sur la base des modifications apportées par la Direction de la Voirie ». On pourrait donc facilement penser M. Verchère que vous aviez moins d’enthousiasme pour l’extension des zones 30 au moment de la rédaction de la lettre de saisine qu’aujourd’hui au moment de présenter ce dossier en exergue. Force est de constater également que les propositions que vous avez portées de remise à 50 km/h de certaines rues n’ont pas reçu d’accueil unanime de la part des conseils de Quartier. C’est même l’inverse si on en juge le contenu des tableaux en annexe où le statu quo est majoritairement revendiqué dans tous les quartiers.

Dernière observation sur un plan plus global cette fois ci. Nous pouvons évidemment nous satisfaire de la confirmation du projet initié par la précédente majorité pour apaiser la circulation dans nos rues, dans nos quartiers. Et surtout, nous pouvons nous satisfaire de l’appropriation de cette démarche par nos concitoyens comme le montre les avis des conseils de quartier. C’est devenu aujourd’hui un élément constitutif du cadre de vie et de la qualité de vie d’Angers et nous ne pouvons que nous en féliciter.

Mais, croyez bien M. Verchère qu’il ne s’agit pas seulement comme votre délibération et votre présentation pourraient le laisser entendre d’un simple exercice d’aménagement technique de voirie, ni d’une simple requalification d’espaces urbains. Cette démarche de la ville apaisée doit être au service d’une reconquête citoyenne de nos espaces publics, reconquête pour consolider le lien et la cohésion sociale dans nos quartiers. C’est l’enjeu essentiel d’une vision apaisée de la circulation dans notre ville et les résultats de la concertation vous invitent à maintenir le cap fixé sous le précédent mandat.

Voilà les observations que nous souhaitions formuler en amont de notre vote en faveur de cette délibération ce soir.

Je vous remercie.

Vincent DULONG