100 000 arbres : qui dit mieux ?

Intervention de Frédéric BÉATSE en conseil municipal du 28 janvier 2019 concernant le schéma directeur des paysages angevins 2019-2024. 

Monsieur le Maire, chers collègues,

A vous entendre et à vous lire depuis le début de cette année, on comprend qu’il était urgent pour vous et votre majorité de communiquer, ou plutôt de sur-communiquer, sur votre attention soudaine portée au patrimoine arboré et votre prise de conscience tardive de la nécessaire transition écologique de notre ville. Les vœux 2019 arrivent et vous voilà monsieur le Maire, champion du végétal, défenseur inconditionnel des grands arbres remarquables et militant convaincu de l’écologie !

Vous annoncez en grande pompe la plantation de 100 000 arbres ! Qui dit mieux ? Nous sommes habitués à cette bataille de chiffres dont vous êtes coutumier, comme pour annoncer plus de replantations que d’abattages pour faire passer la pilule, mais cela signifie 66 arbres à planter par jours ouvrés, nous espérons que vous avez déjà commencé !

Mais c’est un sujet trop sérieux pour qu’on le brade ainsi et beaucoup d’Angevines et d’Angevins, comme nous, ne sont pas dupes de ce qui ressemble davantage à une communication électorale pour tenter de faire amende honorable sur des choix politiques et des erreurs qui vous trahissent.

Il faut dire que tout ne s’est pas passé comme vous l’espériez. Le tronçonnage des centaines d’arbres sur les boulevards Ayrault/Carnot et l’avenue Patton en plein cœur de l’été 2017 n’est, malheureusement pour vous, pas passé inaperçu : les angevins s’en sont émus et ont déploré la méthode. En 2018, même technique, abattage programmé de 2 arbres remarquables centenaires en plein cœur de l’été pour ne pas faire de vague. C’était sans compter sur les angevins qui se sont mobilisés pour sauver ce qu’ils pouvaient. Sans cette vigilance citoyenne, de riverains, d’associations ou d’amoureux de la nature, beaucoup d’autres arbres seraient tombés discrètement. Combien sont tombés d’ailleurs sans que nous le sachions ?

Les acteurs du végétal n’ont pas été associés à ce schéma, ce qui constitue une faute politique. Nous déplorons le manque criant de concertation et de co-construction dont vous faites preuve sur ce dossier, comme dans beaucoup d’autres, pour privilégier la communication et les effets d’annonces.

Vœux 2018, le premier budget participatif est annoncé et lancé par surprise sans concertation. Vœux 2019, vous récidiver en sortant du chapeau ce Schéma directeur des paysages angevins. Et déjà des délibérations sans concertation, sans document de présentation en commission, à l’inverse d’une stratégie de mobilisation des acteurs dans un secteur qui connait des difficultés à l’image de la perte du Salon du Végétal, faut-il le rappeler ?

Vous essayez dans cette longue délibération de rassembler tous ce qui peut tenir lieu de politique en faveur du patrimoine végétal. Même le plan place ! Si l’aménagement de la Place du Lycée est emblématique de votre politique végétale, nous avons des raisons d’être inquiets…

Cet affichage politique est en total dissonance avec votre bilan et votre vision de l’aménagement de notre ville. La transition écologique ce n’est pas une reconquête à minima des berges de la Maine avec des balcons, ce n’est pas la création de parcs urbains traversés par des 2X2 voies, ce n’est pas la destruction de lanières vertes dans les éco-quartiers, ce n’est pas la dé-densification de l’habitat, ce n’est pas une politique ultra-favorable à l’utilisation des voitures dans l’hyper centre-ville, ce n’est pas l’affaiblissement de la multi-modalité des transports à la gare… Et la liste est longue.

Nous voulons de la considération pour les acteurs, les corps intermédiaires, les habitants. La transition écologique ne se fera pas sans eux ni à travers une opération de communication à la gloire de quelques-uns.