Bruno Goua | Puisque la question est de savoir s’il faut que l’on marie Qwant

Lors du Conseil municipal du lundi 28 janvier 2019, nous avons pris la décision de quitter l’hémicycle lors du débat sur le schéma directeur des paysages angevins pour protester contre la déformation et la manipulation de nos propos et le refus du Maire de nous redonner la parole.

Pourtant nous avions préparé de nombreuses interventions sur différents dossiers à l’ordre du jour pour faire valoir notre position :

Dossier n°5

« Puisque la question est de savoir s’ il faut que l’on marie Qwant, mon intervention sera courte.

En filigrane de cette délibération il y a l’inquiétude provoquée par la puissance économique des GAFA(M) et l’exploitation des données personnelles.

Qwant est un projet européen avec des serveurs et des salariés situés en France, son but avoué est de briser (En France ou en Europe)  l’hégémonie de google dans les moteurs de recherche. Ce projet est soutenu en partie par des fonds publics (La BEI à hauteur de 25 ME, la Caisse des dépôts 15 Me,…). On retrouve aussi parmi les actionnaires principaux le groupe Axel Springer. La proximité de ce groupe tentaculaire, propriétaire de Bild, avec la notion de respect de la vie privée, peut prêter à sourire ou à s’inquiéter, au minimum appeler à de la vigilance. « L’honneur perdu de Katharina Blum » parlera sans doute à certains.

J’utilise Qwant sur mes ordinateurs et mon smartphone depuis quelques mois. C’est un choix militant mais qui ne doit pas interdire un certain esprit critique, qui ne doit pas interdire quelques interrogations et réflexions.

Qwant, pour s’imposer sur le marché français, passe par la sphère publique, les administrations, les collectivités. Son discours marketing martelé est de se présenter comme l’anti-google, comme le chevalier blanc qui ne collecte aucune donnée. Lorsque Google est arrivé, il ne s’est pas présenté comme l’anti Yahoo, Netscape ou Altavista, qui dominaient alors le secteur des moteurs de recherche, il a simplement  apporté quelque chose de meilleur et il s’est imposé. Il se trouve que, dans le domaine du numérique, un des principes est que le meilleur est souvent hégémonique, c’est le fameux « the winner takes it all ».

Aujourd’hui, il faut être honnête, Qwant n’est pas ENCORE à la hauteur de Google au niveau des réponses apportées aux recherches des utilisateurs : pas d’exhaustivité, faiblesse sur les recherches avec une faute de frappe,… le recours à un autre moteur de recherche est parfois obligatoire.

Et évidemment, les sites que vous visitez continueront, eux, à collecter les informations. Néanmoins, pour continuer dans cette démarche, est-il envisagé, dans le même état d’esprit, de déployer sur les machines le navigateur FIREFOX, logiciel libre qui bloque les traceurs publicitaires, en lieu et place d’Internet EXPLORER ?

Je vous remercie. »