Chadia Arab | Budget participatif : faire davantage confiance aux Angevin.e.s avec une enveloppe plus importante

Lors du Conseil municipal du lundi 28 janvier 2019, nous avons pris la décision de quitter l’hémicycle lors du débat sur le schéma directeur des paysages angevins pour protester contre la déformation et la manipulation de nos propos et le refus du Maire de nous redonner la parole.

Pourtant nous avions préparé de nombreuses interventions sur différents dossiers à l’ordre du jour pour faire valoir notre position :

Dossier n°9

« Madame l’adjointe, Monsieur le Maire,

Le budget participatif est un dispositif auquel nous adhérons pleinement. Il a été créé à Porto Alegre par une volonté politique de justice sociale, d’une meilleure répartition des richesses et d’une concertation sur l’utilisation de ces budgets par les citoyen.ne.s.
Il a été adopté par beaucoup de villes en France. Et certaines évaluations ont déjà montré des limites sur la prise en compte réelle d’une participation citoyenne par le bas. Il sera important à terme de produire une évaluation non seulement sur le quantitatif comme cela a été fait, mais aussi d’une manière plus qualitative sur les impacts engendrés sur les porteuses et porteurs de projets en termes d’engagements citoyens.

En terme de concertation, en 2018, une commission composée d’élus et d’habitants issus des conseils de quartier sélectionnait les projets selon des critères thématiques et géographiques. Dans le règlement de 2019, cette commission n’est plus mentionnée. Qu’en est-il ?

Aussi, nous réitérons notre proposition de réhausser ce budget pour une politique plus ambitieuse en terme de citoyenneté. Cela avait déjà été soumis par ma collègue Silvia Camara Tombini l’année dernière. En effet, le succès de cette première édition prouve que nous pourrions faire davantage confiance aux Angevin.e.s en leur confiant une enveloppe plus importante :

Si nous prenons l’exemple de Rennes, on est sur un budget de 3,5 millions d’euros, 5% de son budget d’investissement. Pour Angers, cela représenterait 3 millions d’euros.
Pourquoi ne pas consacrer alors un million d’euros pour les projets relevant de la thématique du végétal que vous mettez en avant, et un million d’euros pour les autres projets ?

Pour terminer, la délibération telle que proposée ne nous permet pas de savoir quelle part financière sera réellement accordée au végétal ?

Merci »