top of page
Les tribunes du groupe

Chaque mois, nous disposons de 1 000 caractères dans le magazine municipal.

Transports en commun : prenons des mesures fortes pour des déplacements efficaces, abordables et écologiques !  (Juillet-Aout 2023)

Alors que la nouvelle ligne de tramway entre en fonctionnement, la majorité communautaire de MM. Béchu et Verchère passe à côté de l’objectif essentiel concernant les déplacements : des transports en commun efficaces, abordables et écologiques.

Il ne suffit pas d’investir des centaines de millions d’euros dans une flamboyante nouvelle ligne de tramway, encore faut-il prendre les mesures adaptées permettant de rendre nos transports en commun accessibles et attrayants pour l’ensemble des habitants de l’agglomération, et ainsi favoriser leur mobilité tout en réduisant le trafic automobile, la pollution de l’air et les émissions de CO2. Or, tous les exemples montrent que, sans mesure d'accompagnement, les changements de pratiques de mobilités restent insuffisants. 

C’est la raison pour laquelle nous formulons depuis des années des propositions concrètes qui pourraient être mises en place à court ou moyen terme afin d’accélérer les changements de pratiques et de faire des transports en commun de vrais facilitateurs des mobilités et des outils de transition écologique : 

  1. Créer de vraies vélos-routes sécurisées, permettant de se déplacer partout depuis/vers la ville-centre et les quartiers et communes périphériques.

  2. Restreindre voire supprimer la circulation automobile dans certaines rues lorsque c’est facilement possible. Notamment dans le centre ville ou aux abords des écoles primaires. Les voies voiture seraient remplacées par des voies piétonnes, cyclables, et/ou par des voies exclusivement réservées aux bus, riverains et commerçants. 

  3. Baisser les tarifs pour les classes moyennes et populaires, et instaurer la gratuité pour les enfants, les moins de 25 ans, les foyers à très faible revenus. Afin d’inciter au maximum les personnes qui n’en ont pas les moyens à prendre les transports en commun et leur permettre de se déplacer à moindre coût.

  4. Instaurer la gratuité les week-ends. Notamment pour inciter les personnes qui ne viendraient se déplacer dans l’agglomération que ponctuellement le week-end (touristes, habitant-es du département hors agglomération…) à privilégier les transports en commun.

  5. Instaurer la gratuité automatique les jours de forte pollution.

  6. Cesser la politique de subvention de l'automobile pour lui préférer une politique d'incitation aux transports alternatifs. Libérer des places de parking au profit de trottoirs élargis, de pistes cyclables sécurisées, d’arbres, ou d’espaces de jeux pour enfants. Supprimer la première heure de stationnement gratuite, abandonner le projet de nouveau parking silo en cœur de ville, et créer des parkings relais à l'entrée des lignes de tram et de bus avec une tarification avantageuse.

  7. Remplacer progressivement l’ensemble des bus à essence/diesel par des bus à faible pollution (gaz, électricité ou hydrogène).

  8. Augmenter et renforcer le nombre de lignes, et la fréquence et l’amplitude horaire des bus dans toute l’agglomération. Notamment par la mise en place de bus “express” en voie propre pour éviter les bouchons et relier rapidement les communes et quartiers périphériques de l'agglomération.

Nouveaux tarifs de la restauration scolaire à Angers   (Mai-Juin 2023)

Lors du conseil municipal du 24 avril, la majorité municipale a voté les nouveaux tarifs de la cantine scolaire 2023/2024. Si l’augmentation des coûts d’approvisionnement nécessite des réajustements, l’ensemble de la minorité municipale est opposé à cette nouvelle grille tarifaire, en raison de son caractère inéquitable et des hausses inacceptables qu’elle induit.

La suppression des « forfaits », qui correspondaient à un engagement annuel à la restauration du midi entraînera une facturation des repas à l’unité, ce qui provoquera une  hausse exorbitante des factures pour les familles. En effet, alors que la majorité municipale parle d’une augmentation des tarifs de 3.5% due à l’inflation, nos calculs concluent à des augmentations atteignant jusqu’à +29% en fonction des quotients familiaux.

 

Exemple : pour une famille avec un enfant en élémentaire et un en maternelle et ayant un QF de 1 300, elle avait cette année,  avec un forfait mensuel 4 jours, un budget cantine  de 1 243.20€ annuel. Pour l’année prochaine, sa facture passera à 1 589.80 € soit une augmentation de 27,9%

Une tarification au forfait était donc bien plus bénéfique aux familles, l’uniformisation du tarif entraîne une double peine pour les familles avec de très jeunes enfants. 

Si nous saluons le maintien du tarif solidaire, nous regrettons que le taux d’effort pour les familles ne soit ni progressif ni équitable et que les hausses soient portées principalement par les classes moyennes. La suppression des tarifs différenciés pour les enfants d’élémentaire et de maternelle s’avère injuste, un enfant de 5 ans ne mangeant pas la même quantité qu’un de 10 ans.

La réservation informatique des repas, modalité nouvelle, creusera la fracture numérique, rendra les démarches complexes pour certaines familles qu’il faudra accompagner. A cela s’ajoutent également les conséquences d’une organisation supplémentaire au repas pour le périscolaire sur le temps du midi, qui manque déjà de personnel.

A noter que les familles devront désinscrire 48h avant le jour J leur enfant de la cantine: qu’en est-il des enfants malades une journée? Dans l’état actuel de la délibération, le repas sera facturé!

Toutes ces nouvelles mesures ont été décidées sans aucune concertation! Les associations de parents d’élèves, à l’instar de la FCPE, ont été informées après la prise de décision! 

Pour toutes ces raisons, nous continuons de demander à la majorité municipale de revoir cette grille tarifaire dans les meilleurs délais, en concertation avec les parents d’élèves ainsi que Papillote et Cie, afin de tout mettre en œuvre pour contenir au maximum la répercussion de l’inflation sur les budgets des ménages.

A défaut, nous demandons que ces tarifs soient reconsidérés en rétablissant le forfait annuel, en assurant une répartition équitable et progressive de l’effort financier pour les ménages selon leurs revenus, en contenant la hausse en deçà des taux d’inflation réels pour l’ensemble des quotients familiaux. 

Du courage et de l’audace  (Avril 2023)

Les signaux se multiplient, l’équilibre écologique de notre planète est en danger. Dans ce contexte dégradé, il ne sera plus possible de garantir un avenir serein aux générations futures. Plutôt que de céder à cette fatalité, il est nécessaire d’engager sans délai des actions
correctives, dans nos familles, nos villes et nos pays.

 

Il s’agit d’entreprendre une révolution des usages, cela demandera du courage et de l’audace. Notre territoire Angevin peut et doit lutter. Malheureusement, la méthode des petits pas menée par la majorité actuelle n’est  pas appropriée. Cette politique est sans doute confortable électoralement, mais au rythme actuel elle ne sera que palliative.

En matière de déplacements, de logement, de gestion énergétique, d’alimentation, nous avons besoin de décisions radicales pour nous entrainer, tous ensemble, dans une dynamique gagnante.

 

Aimer Angers va militer pour cette audace politique. Bien entendu, nous vous invitons à nous accompagner dans cette mission.

Non au report de l’âge légal à 64 ans !  (Mars 2023)

Élu.e.s de l’opposition du conseil municipal d’Angers, nous prenons position contre la réforme des retraites visant à repousser l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans. Ce projet, s’il devait s’appliquer, toucherait frontalement l’ensemble des salarié·es, et parmi eux, les agent·es publiques.

 

Dans notre collectivité, 56% des agents sont des femmes. Or, cette réforme, comme l’a reconnu récemment le ministre chargé des relations avec le parlement, touchera plus les femmes que les hommes. Des femmes qui sont plus nombreuses à temps partiel que les hommes, temps partiel qui là encore affectera leur départ en retraite. 

 

Pour mémoire, dans notre collectivité, seulement 73% des femmes sont à temps plein (contre 92% des hommes). Les agent.e.s public.que.s bénéficiant du service actif ou superactif au titre des conditions d’exercice liées à leurs missions devront être en activité deux années supplémentaires.

 

Les améliorations évoquées des droits des agent.e.s par la mise en place d’une retraite progressive dans certains cas, la conservation des droits liés au service actif et désormais leur portabilité, ne peuvent en aucun cas compenser le recul de l’âge d’ouverture des droits à la retraite ou l’allongement de la durée de cotisation. Dans un contexte déjà particulièrement tendu pour des millions de français, alors que depuis des semaines les agent.e.s de notre collectivité revendiquent une hausse de leur pouvoir d’achat, nous nous opposons à cette réforme inutile et qui va accroître les inégalités.

 

Pour assurer l’avenir de nos retraites, d’autres solutions existent, comme l’égalité des salaires entre femmes et hommes, l’augmentation du taux de cotisation, ou une meilleure répartition de la richesse et la lutte contre la fraude fiscale.

 

Nous réaffirmons ici notre attachement au système de retraite par répartition et apportons notre soutien aux agent.e.s de notre collectivité qui resteront mobilisé.e.s demain et dans les prochaines semaines pour s’opposer à cette réforme injuste. Nous devons croire que la mobilisation massive des Angevines et des Angevins le  samedi 11 février,  mais aussi dans toutes les villes de France, sera entendue. Il ne s'agit pas là d'une expression corporatiste mais bel et bien de l'opinion de toutes les forces sociales qui œuvrent  pour la bonne marche de nos entreprises et de nos services. 

 

On nous a refusé lors du dernier conseil municipal la possibilité de lire ce texte, au prétexte que cela n’était pas de la compétence municipale. Pourtant, nous considérons que les élu.e.s locaux.ales ont toute légitimité à interpeller car cette réforme impactera à la fois les agent.e.s de nos collectivités mais aussi les seniors qui seront encore plus nombreux.ses. en situation de précarité, au regard notamment des difficultés à retrouver du travail à partir d’un certain âge. 

 

Silvia CAMARA-TOMBINI, Yves AUREGAN, Claire SCHWEITZER, Sophie FOUCHER-MAILLARD, Bruno GOUA, Marielle HAMARD, Stéphane LEFLOCH, Elsa RICHARD, Arash SAEIDI, Céline VERON

BONNE ANNEE 2023  (Février 2023)

Nous vous souhaitons une très belle année 2023.   

L’inflation, que chacun(e) constate et subit au quotidien, dans ses achats alimentaires, pour se chauffer, touche aussi les collectivités. Dans ce contexte nouveau, nous pensons qu’il est nécessaire de revisiter la feuille de route et certains projets de notre ville.

Tous les efforts doivent être portés sur la transition écologique et la qualité de vie des angevin(e)s. 

Plus que jamais la réduction de la facture énergétique, le soutien aux associations, l’accès au logement, l’accompagnement des familles, les déplacements, … doivent être au cœur de nos préoccupations.

Dans un contexte de tension, apaiser la ville et limiter les conflits, recréer du lien social, lutter contre les incivilités et l’insécurité sont des priorités. 

Commençons à écrire une nouvelle page pour Angers. 

Nos groupes de travail sont ouverts à tous, nous avons besoin de vous pour construire l’avenir d’Angers ! 

N 'hésitez pas à nous contacter à  reseau@aimerangers.fr ! 

BONNES FETES (Décembre 2022)

Parce que la réflexion, le débat et l’échange sont au cœur de nos préoccupations, parce qu’il est toujours utile et nécessaire de revisiter ses idées, les confronter, de s’informer, débattre, l’association Aimer Angers Réseau d’Initiatives Citoyennes organisera au cours de l’année 2023 quatre événements autour de thèmes choisis collégialement, des thèmes qui touchent aux préoccupations des Angevin(e)s :

 

•  Les déplacements

•  Le logement

•  La place des services publics dans les quartiers

•  La place de la démocratie et des jeunesses

 

Quatre événements grand public qui ont pour but de provoquer le débat, un débat animé par des experts qui seront présents pour raconter leurs expériences et répondre aux interrogations. 

 

Si vous souhaitez intégrer un ou plusieurs groupes pour co-construire ensemble l’organisation de ses actions n'hésitez pas à nous envoyer un message à  reseau@aimerangers.fr

 

Nous vous souhaitons de très joyeuses fêtes de fin d’année et une nouvelle année pleine de projets ! De la part de toute l’équipe d’Aimer Angers

REPENSONS NOS PRIORITE ! (Novembre 2022)

Nous traversons une période difficile : l’inflation des produits alimentaires, l’augmentation des coûts de l’énergie, la guerre en Ukraine,…,  affectent notre quotidien, exigeant de chacun des efforts considérables. Mais cela a aussi des conséquences sur le budget des collectivités, qui s’interrogent sur leur capacité à assumer les années à venir. 

 

Face à cette situation, nous avons proposé à l’agglomération de porter la demande des Maires de France d’indexer la dotation globale de fonctionnement sur l’inflation, ce que refuse encore le gouvernement. 

 

Ce qui était possible hier ne l’est plus aujourd’hui, les incertitudes sont nombreuses, l’avenir incertain. En conséquence, il est nécessaire de revoir dès aujourd’hui le programme pluriannuel d’investissement de notre ville et de l’agglomération. Nous souhaitons que les projets liés à la transition écologique et à la politique sociale soient priorisés.

 

Nous proposons un bouclier de protection de l’avenir des Angevins !

FIN DE L'AIDE A DOMICILE (Octobre 2022)

La suppression du service Municipal de soutien à domicile est un mauvais signal adressé aux personnes concernées par l’accompagnement du vieillissement et par la fragilité. Ce service public leur permettait de bénéficier d’une réponse de qualité à un coût solidaire et raisonné, en partenariat avec les associations du secteur. En difficulté faute de ressources humaines et financières, ces associations ne pourront prendre le relais !

 

Désengager le service public est un abandon des personnes âgées bénéficiaires mais aussi des agents de la ville qui assuraient ce service. Cela s’inscrit dans une vision libérale des services qui laissera les utilisateurs les plus dépendants en grande difficulté. Cette vision n’est pas la nôtre, nous pensons que ce service public doit être maintenu !

 

Cette décision, dont il n’a d’ailleurs jamais été question en conseil municipal, est-elle le prélude à une privatisation à venir des EHPAD et des résidences autonomie gérées par le CCAS ?

DIFFICILE DE SE LOGER A ANGERS (Juin 2022)

La majorité municipale avait expliqué le manque de logements étudiants par des facteurs conjoncturels. Cette carence est structurelle, l’accueil de nouveaux établissements ne pouvait pas être sans conséquences.

 

Les étudiants ne sont pas les seuls à rencontrer des difficultés pour se loger, les travailleurs, les familles, sont confrontés à un marché trop cher et trop restreint, la hausse des taux d’intérêt va écarter de l’achat beaucoup de ménages, la pénurie de main d’œuvre et de matières premières ralentit la construction.

 

Aujourd’hui à Angers, des entreprises n’arrivent pas à recruter parce que l’offre en logements est trop faible, ou trop chère. Nous appelons la municipalité à une politique volontariste, nous avons fait des propositions, balayées d’un revers de main. Pourtant, une de ces propositions, le classement en zone tendue, est reprise par des professionnels locaux.

 

Les causes de la pénurie sont multiples, les solutions aussi. Il est urgent de les mettre en œuvre.

Raymond Devos, Ubu ou Kafka ? (mai 2022)

« Bonjour, je voudrais prendre rdv pour faire un passeport

  • Je vous propose un rdv le 15 décembre

  • Euh… La pré-demande en ligne n’est valable que 6 mois

  • Il faudra en faire une nouvelle. Après le rdv en mairie il y a un délai de 6 à 8 semaines pour que le passeport soit prêt, cela nous amène au plus tard début février 2023.

  • Mais je voulais rendre visite à ma fille à Noël, je ne l’ai pas vue depuis 2019

  • Il fallait vous y prendre plus tôt

  • Bah on est fin Avril… »

Comment en est-on arrivé là ?

 

Cette explosion des délais est le fruit de la hausse exceptionnelle des demandes suite à la crise du COVID. Ces délais pénalisent certains dans le cadre de départs en vacances ou de déplacements professionnels, mais aussi des jeunes qui ont des examens.

 

La mairie peut et doit agir. En faisant pression sur l'état pour disposer de plus de moyens, pour que les délais de fabrication soient revus à la baisse, aussi en augmentant les créneaux d’ouverture.

 

La défense du service public est une priorité !

Paix et solidarité (mars 2022)

La France vit une heureuse anomalie de son histoire, une paix qui dure depuis 77 ans. L’invasion de l’Ukraine par la Russie nous rappelle avec effroi que cette paix est fragile, que la guerre est à nos portes, que la menace nucléaire n'a pas disparu.

 

Mais cette guerre a aussi révélé de formidables solidarités, individuelles et collectives, de nombreuses initiatives ont vu le jour. Devant l’horreur, devant la détresse, se dresse un front de fraternité, d’émotion. Cette immense générosité envers les réfugiés devra toujours nous habiter, elle ne peut pas être liée au pays d'origine des personnes, à leur couleur ou leur religion.

 

Ces événements nous rappellent aussi que la démocratie n'est pas une valeur acquise, que c'est un combat quotidien. Sachons-nous en souvenir lors des échéances électorales à venir.

 

Pour vous tenir informé(e)s des initiatives angevines de soutien au peuple ukrainien, aux réfugié(e)s, http://ukraine-angers.org/.

Vélo , Angers pédale dans le vide (février 2022)

Le palmarès de La Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) présenté il y a quelques jours est sans appel. Alors que certaines villes ont accéléré ces dernières années la transformation de leurs infrastructures pour sécuriser les déplacements des cyclistes, Angers fait du surplace, recule même dans le classement.

 

Rendons-nous à l’évidence, les réalisations sont loin d’être au niveau du discours de façade. Les lourds travaux engagés pour la nouvelle ligne de tramway étaient pourtant une excellente opportunité de sécuriser les déplacements à vélo. Hélas, alors que l’on espérait des aménagements adaptés aux nouveaux usages, nous devrons souvent nous contenter de simples bandes cyclables longeant les voitures garées. C’était pourtant une formidable opportunité de modifier le visage de notre cité !

 

Pour que se déplacer à vélo devienne agréable et sans danger, notre ville doit changer de braquet. Pour ne pas finir hors délai, dans le grupetto des villes cyclables.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos interrogations, de vos propositions.

1,3 million pour une école HORS CONTRAT   (janvier 2022)

En ce début d’année, nous vous souhaitons à toutes et à tous une très belle année 2022, qu’on espère synonyme d’un retour rapide à une vie normale.  

 

Lors du conseil municipal du 20 décembre 2021, nous avons interpellé le Maire d’Angers au sujet de la décision prise lors du conseil d’administration de la SOCLOVA d’investir 1,3 million pour construire de nouveaux locaux au bénéfice de l’école HORS CONTRAT le Gouvernail, émergence du réseau espérance banlieue et implantée depuis 2017 au cœur de la Roseraie.  

 

La SOCLOVA, l’un des principaux bailleurs social de notre ville, a pour principale mission la construction et la gestion de logements sociaux pour la population. Dans notre ville où se loger devient de plus en plus compliqué, ce choix d’investissement du bailleur nous parait totalement déplacé. 

 

Le rôle d’un bailleur n’est pas de contribuer au développement d’une école qui a fait le choix d’être hors contrat avec l’état (contrairement aux écoles privées qui elles ont conventionné avec l’état) et qui défend ainsi une forme d’indépendance, une école dont les choix pédagogiques (libertés du choix des programmes) et idéologiques ont déjà fait couler beaucoup d’encre, partout où elles existent.  

 

A notre demande de surseoir à cet investissement, le Maire a opposé un refus franc et massif. Notre souhait de pouvoir accéder au budget de l’association ainsi qu’aux rapports d’inspection n’a pas rencontré plus de succès. Alors qu’on demande à juste titre aux futurs locataires de logements sociaux de fournir un certain nombre de justificatifs, nous ne comprenons pas que ni la collectivité ni le bailleur n’accèdent à notre demande de pouvoir disposer de ces documents. 

 

Si la SOCLOVA cherche des moyens d’investir en dehors de son champ premier d’intervention, qui est en premier lieu la construction de logements sociaux, alors nous saurons être source de propositions : il existe bien d’autres associations reconnues d’utilité publique qui sont en attente de locaux.  

 

Alors que le Maire banalise cette décision, arguant qu’il s’agit d’une location à un locataire comme un autre, il nous répond en nous renvoyant aux difficultés de l’école publique. Les écoles hors-contrat sont-elles à ses yeux LA SOLUTION au manque de moyens de l’école publique ? Ce point de vue ne peut qu’inquiéter. Ce n’est pas notre vision de l’égalité des chances ! 

Nous n’aurons de cesse de défendre l’école publique et d’exiger pour elle les moyens nécessaires à son bon fonctionnement mais aussi de nous opposer à des financements de cette nature, à destination d’écoles qui FONT LE CHOIX de ne pas conventionner avec l’état !  Ce type d’établissement ne peut défendre une indépendance vis-à-vis de l’état et accepter ainsi des aides publiques qu’elles soient sous forme de subventions ou de constructions de bâtiments. 

Aimer Angers, Angers Ecologique et Solidaire et Angers Citoyenne et Populaire

Éviter l’ingérable et gérer l’inévitable ! (Décembre 2021)

La COP26 s'est terminée par une trahison : un fossé immense entre un constat inquiétant, de belles paroles et un immobilisme des actions. C'est très exactement ce qui alimente la méfiance actuelle à l'égard de la politique et qui nourrit le populisme qui monte. Des paroles insincères, des promesses creuses.

La ville d’Angers et l’agglo sont en première ligne pour agir, au plus proche du quotidien des gens. Elles seront aussi en première ligne demain pour assumer les conséquences des décisions qui ne sont pas prises aujourd’hui.

Seule l’action crédible et déterminée permet de dépasser l’anxiété et la prostration que peuvent générer des perspectives climatiques très difficiles.

Nous pouvons et nous devons agir, pour atténuer notre impact sur le climat et adapter notre territoire. C’est pour cela que nous avons déposé un projet de délibération pour le prochain conseil d’agglomération afin de préciser les actions à mener pour atteindre l’objectif de baisse de 60 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030.

Les assises de le transition écologique ont permis d’élaborer un certain nombre d’actions qui vont vers cet objectif. Néanmoins, cela reste dans une vision de « petits pas », certes tous très positifs, mais qui ne suffiront pas à diviser 2,5 nos émissions de GES.

Il est donc indispensable que la ville d’Angers et l’agglo établisse une trajectoire précise de la baisse des émissions secteur par secteur. Par exemple, le transport routier représente près de la moitié (45%) des émissions totales du territoire d’Angers Loire Métropole. Sur ce secteur comme sur les autres (chauffage des bâtiments, industries, agriculture), il faut agir avec force en suivant un calendrier précis et des objectifs année par année. Tracer le chemin, le suivre avec agilité mais sans dévier du cap, agir pour atténuer notre impact sur le climat et adapter notre territoire en mobilisant autour de nous, les autres collectivités, l’État, les entreprises, les associations et les citoyennes et citoyens.

 

Toutefois, il ne faut pas que le climat cache la forêt : En plus de la crise climatique, nous traversons une crise multiple et systémique : montée des inégalités, pollution, perte de sens du travail, perte de la biodiversité, anxiété face à l’avenir, limites des matières premières, de l'usage des sols, de l'eau, … C’est donc à un changement de mode de vie auquel nous devons faire face. On ne peut plus continuer à remettre au lendemain des changements qu’il nous faudra faire de toute façon de gré ou de force. Les réformes écologiques doivent se faire dans la justice sociale. Il a été montré que les 1 % les plus riches de la planète émettent 17% des émissions de gaz carbonique soit plus que la moitié de l’humanité la moins riche. Un chemin vers un monde durable est possible mais il faut prendre les problèmes à la racine pour vivre mieux dès aujourd’hui et préparer un demain vivable pour tous.

Aimer Angers, Angers Ecologique et Solidaire et Angers Citoyenne et Populaire

Se loger  (Novembre 2021)

Le logement est un problème considérable pour les angevins, comme pour l’avenir de notre territoire, voici quelques-unes de nos propositions :  

 

  • Demander le classement en zone tendue, ce qui permet de  

    • Réguler le montant des loyers 

    • Taxer les logements vacants 

    • Augmenter la taxe d’habitation pour les résidences secondaires 

  • Majorer les aides à la rénovation énergétique pour les propriétaires de résidences secondaires remettant leur bien sur le marche  

  • Favoriser les mouvements dans le logement social 

    • Réduire le délai de préavis à 2 mois 

    • Autoriser les personnes assujetties au supplément de loyer solidarités (surloyer) à changer pour un logement plus petit 

  • Traiter l’urgence du logement étudiant 

    • Pour la rentrée 2022, mettre en place des logements containers 

  • Réguler le nombre de locations touristiques en appliquant les mesures les plus restrictives autorisées par la loi 

  • Travailler sur le long terme 

    • Reconquérir les friches industrielles abandonnées 

      Retrouvez le reste de nos propositions sur aimerangers.fr 

Se loger (Septembre - Octobre 2021)

Des familles, des salariés, des étudiants n’arrivent pas à se loger.

Il existe une tension sur les prix, à l’achat, à la location. Il n’y a plus de mesure, plus de règles, mais des excès intolérables. Alors, certains font des sacrifices financiers pour se loger, d’autres subissent un logement qui ne leur convient pas, trop petit, mal isolé, mal situé, ou une colocation comme un pis-aller.

Les causes de cette pénurie sont multiples : hausse du nombre d’étudiants, du nombre de ménages, attractivité des villes moyennes, faiblesse des taux d’intérêts,…

Il n’y a pas de solution miracle, mais il est possible d’agir. Nous présenterons bientôt des propositions concrètes, réalistes, efficaces. Parce qu'on ne peut se contenter de dire en soupirant que c’est partout pareil, parce qu’une volonté politique peut faire bouger les lignes.

INDISPENSABLES ASSOCIATIONS (Juillet - Août 2021)

Chaque rentrée de septembre constitue un moment particulier. Pour les enfants et leurs parents, elle est source de motivation, d’espoir, mais aussi parfois d’inquiétude et de stress. 

 

Elle prend cette année une tournure particulière, pleine d’incertitudes. Incertitudes sur le déroulement de l’année scolaire, incertitudes sur l’économie, sur l’emploi. Sur l’avenir. Parce que nous croyons à l’épanouissement par la connaissance, la culture ou le sport, nous réaffirmons notre soutien à toutes celles et ceux qui œuvrent pour que cette rentrée se passe au mieux.

 

Parce qu’à la crise sanitaire va succéder la crise économique, nous soutiendrons les mesures en faveur de l’emploi. Pour faire face, plus que jamais, les solidarités devront être au cœur de nos priorités.

 

Vos élus d’Aimer Angers sont à votre écoute : n’hésitez pas à venir nous rencontrer ou à nous contacter pour nous faire part de vos interrogations, de vos propositions !

Enfin ! (Juin 2021)

Depuis le 19 mai nous pouvons, enfin, nous asseoir de nouveau à une terrasse, dans une salle de spectacle, de cinéma, reprendre le chemin d’un musée. Cela nous a tellement manqué !

 

Il y avait une ambiance de fête dans les rues, dans les salles, la joie de retrouver une vie presque normale, même si la prudence aussi était palpable. Sans doute parce que nous voulons préserver cette liberté de partage et que nous ne voulons plus revivre ces épisodes qui nous tiennent éloigné(e)s de la culture et des arts.

 

Les acteurs du monde culturel ont souffert pendant cette fermeture imposée, nos collectivités doivent continuer de les soutenir au sortir de la crise et dans les années à venir.

 

Au-delà du plaisir et de l’émerveillement qu’elle procure aux spectateurs, la culture est un secteur de l’économie qui génère des emplois, directs et indirects. Les occupants des théâtres, intermittents et précaires luttent toujours contre la réforme de l’assurance chômage. Nous serons solidaires.

Une année particulière ! (Avril-Mai 2021)

Comment faire le bilan d’une année si invraisemblable ? Comment résumer l’inconcevable ?

 

L’épidémie que nous vivons nous a privé(e)s de ces moments de rencontres qui font la richesse de la fonction d’élu(e). Malgré tout, vos élu(e)s d’Aimer Angers ont travaillé ensemble, pour défendre les valeurs et les convictions qui sont celles de nos électeurs, qui sont les vôtres.

 

Nous sommes une minorité constructive, nous refusons l’opposition systématique et dogmatique, nous proposons, nous sommes au service des angevins. Mais, lorsque les projets de la municipalité sont opposés à nos valeurs, nous l’exprimons, avec sincérité toujours, avec force quand c’est nécessaire. Quitte à déclencher l’ire d’un maire qui a des rapports difficiles avec le dialogue contradictoire.

 

Nous agissons, pour défendre les solidarités, combattre les inégalités, accélérer la transition écologique, co-construire la citoyenneté, nous voulons être utiles pour notre ville, pour les angevins.

 

Vos élus d’Aimer Angers sont à votre écoute : n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos interrogations, de vos propositions.

Face à la crise, agissons ! (Mars 2021)

Ce qui était vrai en 2019, même début 2020, ne l’est plus aujourd’hui. Face à la crise que nous traversons, être prudent ne suffit pas.

 

Aussi nous avons proposé à la majorité de revoir ses priorités et le calendrier de certains investissements. Nous proposons de mettre l’accent sur des marqueurs forts ; à la ville, les solidarités, une action accrue au cœur des quartiers, un effort conséquent en politique de la ville ou encore une attention particulière aux publics les plus fragiles et notamment les jeunes. A l’agglomération, un accès aux logements pour tous, des modifications d’usages des déplacements, des actions concrètes et immédiates pour la transition écologique.

 

En conseil, nous avons redit à la majorité notre volonté de travailler avec eux et aux côtés des acteurs associatifs, institutionnels, citoyens engagés… Nous savons pouvoir compter sur les Angevin.e.s pour participer et contribuer à la sortie de crise !

 

Vos élus d’Aimer Angers sont à votre écoute : n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos interrogations, de vos propositions.

Des droits universels pour les jeunes (Février 2021)

Notre jeunesse souffre.

 

Des mesures, insuffisantes, sont prises pour essayer d’endiguer une précarisation croissante.

 

A Angers, nous avons voté à l’unanimité une subvention pour l’ouverture d’une épicerie sociale et solidaire à destination des étudiants, un projet porté par l’association la Fé2A.

 

De son côté, l’Etat a mis en place le dispositif de la « Garantie Jeunes » . Malgré l’intérêt certain de cette mesure, trop de jeunes restent exclus, sans garantie de solidarités, les situations de précarités (psychiques, alimentaires, sociales, économiques, …) augmentent, les situations dramatiques explosent, au vu et au su de tous.

 

En ce début d’année, nous souhaitons avec force que l’ouverture des droits universels pour les jeunes soit une priorité unanimement partagée. Ayons de l’ambition, pour qu’avoir 21 ans en 2021 soit moins difficile !

 

Vos élus d’Aimer Angers sont à votre écoute : n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos interrogations, de vos propositions.

Unis ! (Décembre 2020)

Au lendemain des événements tragiques survenus à Paris puis à Nice, nous souhaitions réaffirmer le besoin d'unité.

 

Réaffirmer les valeurs qui fondent la république c’est réaffirmer ce que nous avons en commun.

 

C’est réaffirmer la laïcité, garante de l’égalité de confessions, et qui donne le droit, inaliénable, de les critiquer toutes autant qu’elles sont.

 

C’est réaffirmer les libertés, la liberté d’expression, la liberté de conscience, la liberté de devenir. Ces libertés qui font de nous d’irréductibles humains : capable de se moquer et de rire, de chanter, de lire.

 

C’est réaffirmer l’importance de l’éducation et des enseignants pour bousculer les certitudes et développer l’esprit critique.

 

Le 9 décembre prochain, à l’occasion des 115 ans de la loi de 1905, réaffirmons notre attachement aux libertés fondamentales.

 

Vos élus d’Aimer Angers sont à votre écoute : n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos interrogations, de vos propositions.

Bien se loger ! (Novembre 2020)

Parce que c’est le premier poste de dépenses des ménages, devant l’alimentation et les transports, parce qu’il détermine les déplacements vers le travail, parce qu’il définit les écoles dans lesquelles iront nos enfants, parce qu’il fixe les associations et les commerces que nous fréquentons, LE LOGEMENT EST UNE PRIORITÉ. 

 

Pourtant, aujourd’hui, dans notre ville, les logements sont trop peu nombreux, trop chers, inadaptés à la demande. Les étudiants galèrent pour se loger, les classes moyennes qui souhaitent devenir propriétaires vont chercher leur bonheur hors de la ville, les logements sociaux abordables manquent… 

 

Parce qu’il n’existe pas de remède miracle mais qu’il existe des solutions à mettre en place, à court, moyen et long terme, Aimer Angers va organiser au cours des prochains mois une réflexion sur le logement.  Cela commencera par un véritable état des lieux, non partisan, factuel.  

Bonne rentrée ! (Octobre 2020)

Chaque rentrée de septembre constitue un moment particulier. Pour les enfants et leurs parents, elle est source de motivation, d’espoir, mais aussi parfois d’inquiétude et de stress. 

 

Elle prend cette année une tournure particulière, pleine d’incertitudes. Incertitudes sur le déroulement de l’année scolaire, incertitudes sur l’économie, sur l’emploi. Sur l’avenir. Parce que nous croyons à l’épanouissement par la connaissance, la culture ou le sport, nous réaffirmons notre soutien à toutes celles et ceux qui œuvrent pour que cette rentrée se passe au mieux.

 

Parce qu’à la crise sanitaire va succéder la crise économique, nous soutiendrons les mesures en faveur de l’emploi. Pour faire face, plus que jamais, les solidarités devront être au cœur de nos priorités.

 

Vos élus d’Aimer Angers sont à votre écoute : n’hésitez pas à venir nous rencontrer ou à nous contacter pour nous faire part de vos interrogations, de vos propositions !

bottom of page