• Aimer Angers

Aménagement du secteur de la Baratonnière - Recueil des avis du public

Délibération :

Délibération 24  Aménagement du secteur de la Baratonnière
.pdf
Download PDF • 635KB

Intervention de Stéphane LEFLOCH :


Vous savez notre opposition à créer des nouvelles zones industrielles particulièrement lorsqu’il y a d’autres moyens de procéder, mais je conviens à votre décharge que la décision de déplacer l’usine ARTUS/MEGITT vient probablement de loin. D’une époque, sans doute, ou vous n’aviez pas encore bien intégré la situation alarmante de notre monde du point de vue de sa biodiversité et de son climat. Nonobstant les faits et les preuves de la dégradation en cours, vous étiez encore dans les discours d’intention et pas encore dans les actes. Donc la machine administrative a été mise en branle, redoutable outil à broyer les écueils du présent, ce présent qui nous dit qu’il ne faut plus consommer de terres naturelles. Dorénavant seul un rejet populaire pourrait enrayer cette marche en avant, il existe des précédents, vous avez su les entendre. J’espère donc cette réaction, même si j’ai bien conscience que le contexte environnemental et industriel de ce projet n’est pas favorable à la mobilisation.

Pourtant, sachez que je suis ravi de la présence de MEGITT dans notre agglomération, très fiers de sa performance technologique et enchanté de la perspective d’emplois supplémentaires. En outre je comprends parfaitement la nécessité d’adapter l’outil de production aux ambitions du futur, mais en revanche je reste persuadé au vu des contraintes du présent que ce dossier aurait pu être appréhendé différemment, avec tout autant de satisfaction pour toutes les parties prenantes.

Pour en revenir à la situation telle qu’elle se présente aujourd’hui je dois rappeler que vont débouler là, chaque jour, dans cette zone déconnectée d’un tissu urbain, les véhicules des 500 employés du site, ceux des sous-traitants et des visiteurs mais aussi les camions de livraison et d’expédition. Vous prévoyez en conséquence d’aménager une voie de circulation par le nord, à travers une zone humide sorte de corridor vert qu’il aurait été pourtant judicieux de protéger. Du fait de cet aménagement routier de 500m mètres de long sur 13 mètres de large vous aboutissez à une nouvelle condamnation de terres agricoles. En effet, pour bilan de ce simple aménagement, 3 nouveaux hectares de terre nourricières vont disparaitre.

Au final quel sera le cout de cette nouvelle route et cette dépense engendrée sera-t-elle couvertes par le prix de la vente. Y a-t-il une anticipation pour faciliter le transport de ces personnes puisque nous parlions des transports en commun. Pouvez-vous enfin me dire si vous avez l’intention de compenser l’intégralité de cette consommation de 10+3 hectares agricoles.

20 vues0 commentaire