top of page
  • Aimer Angers

Associations animatrices des maisons de Quartier - Conventions annuelles

Délibération :

Conventions annuelles et pluriannuelles d'objectifs - Délibération
.pdf
Download PDF • 654KB

Retrouvez son intervention en vidéo ici


Intervention de Marielle HAMARD :


Merci Monsieur l’adjoint pour cette présentation.


Permettez-moi, d’abord de faire un commentaire sur la forme, je trouve cela assez décevant de passer aussi peu de temps sur cette délibération pour plusieurs raisons.


L’ensemble des Maisons de quartier d’Angers sont de véritables points d’ancrages pour les habitants et des points de repères essentiels à notre collectivité.


Toutes, elles ont fait un travail de longue haleine, depuis plusieurs mois, celui de rendre compte des 4 dernières années et de se projeter sur les prochaines années à venir. Au total, pas moins de 600 pages à lire. L’exercice peut paraitre extrêmement fastidieux, et pourtant il est tellement précieux, tant leurs projets sont riches d’informations sur ce qui a pu se faire mais également sur les axes, les orientations à venir afin de répondre aux enjeux du micro-quartier.


Ces projets montrent également les difficultés du quotidien des habitants et les réponses collectives qui peuvent être apportées, c’est aussi valorisant pour tous les acteurs de nos maisons de quartiers de pouvoir en parler au moins pendant quelques minutes au sein de notre instance ne serait-ce que pour remercier le travail, des habitants et des professionnels qui ont écrits ces projets. D’autre part, la collectivité s’engage sur des financements qui représente à peu près 4 millions d’euros chaque année jusqu’en 2026.


Ainsi, il aurait été intéressant de présenter chaque CPO en quelques minutes en relevant les points saillants, les spécificités de territoires et les enjeux à venir.


Concernant l’engagement de la ville sur les CPO qui engage la ville et la caf envers les MQ. La stagnation de l’engagement financier de la Ville qui se prolongera pour les 4 années à venir nous interpelle fortement et ne nous satisfait pas.


Ce statut quo est déjà une réalité pour des MQ qui ont la même dotation depuis 2019. Dans le contexte actuel, où le cout de l’inflation s’est considérablement élevé, où les charges liées au coût de l'énergie explose, où le SMIC a été revalorisé (d’autres revalorisations sont déjà prévues en 2023), où dans le domaine de l’animation, les accords de branches collectives ont pu revaloriser le point d’indice : l’ensemble des maisons de quartiers se retrouvent avec une hausse des charges.


Les Maisons de quartiers ont une énorme responsabilité sur la cohésion de nos territoires angevins. Nous constatons également une augmentation d’actions et d’expertise dans de nombreux champs de compétences (la famille, les jeunes, les enfants, l’accompagnement à la scolarité, l’accompagnement social,…).


Elles sont de plus en plus au cœur de l’ensemble des problématiques que peut vivre un quartier ou bien souvent un “îlot”. On leur demande toujours de faire plus mais avec des moyens constants. N’allons-nous pas vers un risque d’essoufflement, voire d’épuisement, des équipes professionnelles ainsi que des équipes bénévoles...


Nous le savons toutes et tous ici, les métiers dit de l’humain dont font partie l’ensemble des équipes des maisons de quartier souffrent d’attractivité et peinent à recruter. Comme ailleurs ou dans des secteurs similaires, les problématiques de recrutements se vivent à Angers. Ainsi, aujourd’hui, nous savons que dans plusieurs maisons de quartiers, les effectifs ne sont pas stables et recherchent activement, des directeurs, des coordinateurs, des animateurs, … Ces instabilités peuvent mettre à mal un équipement, une organisation territoriale et donc se refléter dans l’accompagnement auprès des habitants.


Nous vous avons demandé des précisions en commission sur la manière et les méthodes que vous utilisez pour accompagner les MQ qui sont en difficultés. Vous nous avez fait part notamment de 2 structures à l’heure actuelle qui parce qu’en difficultés ne sont pas alignées sur la même durée de CPO que les 8 autres MQ. Mais au-delà vos réponses sont restées floues...

Mon propos ici n’est pas de faire porter toute la responsabilité à la ville, car l’enjeu est beaucoup plus large et pointer du doigt ici un seul acteur n’est pas sérieux.


Mais il est nécessaire et essentiel de trouver des solutions et de savoir quelles méthodes pluri-partenaires peuvent se mettre en place et en dynamique pour aider les structures, pour accompagner les administrateurs bénévoles, pour éviter le turn-over des professionnels, etc...


Les Maisons de quartier sont clairement indispensables au développement des quartiers et du bien vivre ensemble. Dans ce contexte, avoir des Maisons de quartiers en situations difficiles ne sera jamais une bonne chose pour notre collectivité.


L’augmentation de la dotation financière ne sera pas la solution miracle mais elle fait partie indéniablement d’une réponse nécessaire.

3 vues0 commentaire
bottom of page