• Aimer Angers

Budget primitif 2022 - Ville

Budget primitif 2022 :

Budget Primitif 2022
.pdf
Download PDF • 1.01MB

Intervention de Silvia CAMARA-TOMBINI :


Monsieur le Maire, monsieur l’adjoint,


Lors du DOB nous avons déjà eu l’occasion d’exprimer nos propositions et nos désaccords sur les orientations.


Nous avons les uns et les autres été élus sur des programmes différents et c’est bien parce que nous avons avec votre programme des divergences fondamentales que nous nous exprimerons dans quelques minutes contre le budget tel qui nous est proposé. D’abord parce que le budget incarne la politique que vous menez. Alors oui, nous votons globalement une grande majorité des projets pour la ville. Là une rénovation d’école, ici la future rénovation de la bibliothèque Toussaint, ou encore la rénovation urbaine… Des projets que nous aurions menés probablement de la même façon.


Mais à côté de ces projets qui nous rassemblent, il y a des choix politiques et des projets pour lesquels nous avons des divergences notables avec vous. Que ce soit sur les aménagements urbains, comme cœur de Maine, sur la nécessité d’aller encore + vite et plus fort quand il s’agit de transition écologique, sur la manière de réagir face à l’augmentation drastique des coûts du logement dans notre ville, sur les choix urbains, à l’image d’Imagine Angers qui ne va pas contribuer à aller vers une baisse du coût du logement bien au contraire… Sur la politique de la ville et la nécessité de mettre plus de moyens au profit des quartiers notamment en direction des jeunesses, sur la nécessité de prendre en compte la détérioration de la sécurité dans certains quartier par des moyens de prévention et notamment des moyens humains, sur le plan vélo qui manque d’ambition, et j’en passe.


Alors oui des propositions nous en avons à faire :


La première d’entre elles serait de travailler sur un plan logement digne de ce nom avec des mesures phares et fortes pour agir rapidement, pour encadrer les loyers, pour rester maître du foncier, pour investir encore plus fortement dans le logement social, accélérer la construction dans les ZAC, revoir l’étalement urbain car nous ne sommes clairement pas convaincus par certains choix dans ce domaine, comme à Nazareth ou aux Capucins, et je pourrais poursuivre.


Et bien sûr, l’urgence climatique est à corréler à l’urgence en matière de logement : intervenir massivement dans certains secteurs de la ville où les logements sociaux sont des gouffres énergétiques. Des secteurs où la population doit être accompagnée pour réagir face à l’urgence climatique.


Et j’en viens à mon troisième sujet : Angers ville solidaire. Soyons là aussi encore plus ambitieux. Car à la crise sanitaire que nous venons de vivre, que nous continuons de vivre, succède une crise économique et internationale qui rendent l’avenir incertain. Pour les foyers touchés en plein cœur de leur pouvoir d’achat, des gestes en matière de gels des tarifs municipaux par exemple, d’aides facultatives, de baisse du coût des transports, doivent être repensées…


Une proposition que nous faisons aussi, en lien avec les propos tenus par Céline VERON en début de conseil : nous aurions aimé voir apparaître dans les investissements un nouveau lieu d’accueil pour les familles à la rue. Qu’on ne me dise pas que ce n’est pas de notre compétence. C’est trop facile de rejeter ainsi la faute sur les autres sans agir. Et je le redis : nous avons à Angers des familles, des jeunes aussi, qui sont depuis plusieurs mois, dans l’attente de logement et qui sont contraintes d’appeler régulièrement le SAMU social pour obtenir un hébergement dans une halte de nuit qui a grand besoin d’être agrandie, rénovée aussi ! Dommage que vous n’y ayez pas accompagné Emmanuel MACRON lors de sa dernière visite, cela aurait pu nous aider à obtenir des moyens en urgence ?


Concernant la construction même du budget, je salue le j’aimerai alerter sur deux points : comment nous préparons-nous aux incertitudes qui pèsent sur l’avenir ? Aux lendemains de la présidentielle, on n’est pas à l’abri de subir des évolutions dans le niveau de soutien apporté aux collectivités. Par ailleurs, l’augmentation des coûts énergétiques, l’impact de la crise internationale sur l’approvisionnement de certains produits et plus directement sur l’activité même de certaines entreprises. Tout cela doit nous amener à une grande prudence… Nous le savons, les taux bancaires qui étaient particulièrement intéressants ces derniers mois sont déjà en train d ‘évoluer…


Le deuxième point concerne le niveau encore très important et en hausse des cessions dans ce budget. Cela impacte certes positivement le budget mais quelles perspectives derrière car nous n’avons pas non plus vocation à vendre inconsidérablement ? Ni à nous débarrasser de lieux dont le potentiel ou l’histoire sont totalement imbriqués avec notre ville, je pense à la maison d’Adam. Dans un certain nombre de cas, nous nous interrogeons sur les conditions et les garde-fous qui doivent absolument être mis en place, afin notamment d’éviter la spéculation, en écho à ce que nous connaissons actuellement avec la villa Demazis.


Voilà Monsieur le Maire, chers collègues, de manière résumée les raisons pour lesquelles nous voterons contre ce budget.


Retrouvez son intervention en vidéo ici


11 vues0 commentaire