top of page
  • Aimer Angers

Création d'un service public longue durée de vélos

Proposition de Bruno GOUA :


Lors de la présentation du nouveau plan de déplacement, j’avais fait une intervention assez longue. Une intervention qui avait immédiatement rejoint, dans l’indifférence générale, le cimetière des interventions inutiles. Un cimetière pourtant déjà bien encombré.


Sans me décourager, ce soir je vous fais une autre proposition, qui j’espère sera entendue. Au moins écoutée.


Je vous propose de créer un service public de locations longue durée de vélos.

En quoi est-ce que cela consiste ?


A proposer une offre de location de vélos à l’année, au semestre, au trimestre ou au mois. Différents modèles peuvent être proposés, VAE, Cargo, Pliant, vélos pour PMR,… Des vélos que la collectivité peut gérer directement ou par l’intermédiaire de vélocistes locaux conventionnés.


Pourquoi créer un service public ?


- Pour alléger le coût pour les salariés en faisant participer les entreprises : l’employeur doit prendre en charge 50 % du prix des titres d’abonnements souscrits par ses salariés. C’est cumulatif avec un abonnement aux TC


- Pour pouvoir moduler les tarifs, selon les ressources, selon le statut (salarié, chômeur, étudiant, PMR, seniors,…)


- Pour pouvoir proposer des vélos de qualité et variés, en intégrant dans les offres une possibilité d’entretien.


Quels sont les bénéfices pour l’usager ?


Economiques tout d’abord. Pour un actif qui loue un VAE à 40€ mois, le reste à charge est de 20€, équivalent à un abonnement TC.


Le prix d’achat d’un bon vélo électrique reste un frein important. En testant une utilisation quotidienne sur plusieurs mois, sur plusieurs météos, plusieurs trajets, l’utilisateur pourra se projeter sur un éventuel achat.


Une étude réalisée par l’Ademe prouve que la location de cycles longue durée permet de diminuer considérablement l’usage de l’automobile. En effet, on constate une baisse de 30 points du recours à la voiture chez les personnes utilisant le service de vélo location longue durée. De plus, 12% des usagers décident de se débarrasser de leur automobile et 13% renoncent à l’achat d’une voiture.


Coût financier pour la collectivité


Il dépend du modèle choisi, de la durée de location, des vélos proposés, de la taille de la flotte ou encore du mode de gouvernance.


Quelle que soit l’organisation, la location longue durée offre des résultats satisfaisants sur le plan financier. “À la fin de l’année, le reste à charge pour un vélo en location longue durée est de 225 euros en moyenne. Pour les VAE en location longue durée, il est de 325 euros. Dans plusieurs métropoles, on approche même le point d’équilibre entre dépenses et recettes”.


C’est un autre avantage de ce système, puisque l’on décide de la taille de la flotte et que l’on connaît le coût par vélo, on en maîtrise le coût global.


Quelques chiffres sur les profils des usagers des VLD :


- 90% sont des actifs

- 81% ont entre 25 et 55 ans

- 53% sont des femmes


Passer à l’acte.


J’ai échangé ces derniers mois avec plusieurs responsables de mise en place de VLD dans différentes collectivités, qui parlent tous de liste d’attente devant le succès rencontré par ce dispositif.


La VLD est vertueuse, elle réduit les déplacements en voiture, particulièrement des actifs aux heures de pointe, elle diminue donc la pollution, les embouteillages, fluidifie le trafic, améliore la santé de ses usagers, tout cela pour un coût réduit.


Qu’est-ce qu’on attend pour la mettre en place ?


Retrouvez son intervention en vidéo ici



-

2 vues0 commentaire
bottom of page