• Aimer Angers

Rénovation urbaine à Monplaisir

Monsieur le Maire, chers collègues, Mesdames et Messieurs les habitants du quartier,


Je ne peux que saluer dans un premier temps l’avancée de cette opération de rénovation urbaine dont les réflexions ne sont pas récentes et qui était devenue particulièrement indispensable à l’évolution du quartier de Monplaisir. Les reports de budgets émanant de l’agence de rénovation urbaine et de décisions gouvernementales ont généré beaucoup de frustrations chez les habitants et c’est donc avec beaucoup de satisfaction que nous assistons à cette rénovation urbaine aujourd’hui.


Alors bien sûr, cette introduction positive de ma part va cependant amener quelques nuances. Ou plutôt des alertes et des propositions. Angers a par le passé mener d’autres rénovations urbaines et l’un des apprentissages que j’en ai retenu c’est la nécessité de ne pas voir la rénovation urbaine que par le prisme de l’urbain. On devrait d’ailleurs toujours parler de rénovation urbaine et sociale car j’en suis convaincue : la rénovation urbaine doit absolument être accompagnée d’une réflexion sociale très forte.


Cela passe par le fait de s’interroger sur quel quartier on veut demain à Monplaisir. Quel accompagnement des différents publics qui y vivent ? Quel accompagnement vers l’emploi de celles et ceux qui en sont les plus éloignés ? Quel soutien accru aux acteurs du lien social ? Quel accompagnement des associations sportives, culturelles, pour qu’elles puissent retrouver toutes leurs places au sein du quartier ? Quelle place pour les services publics, les commerces qui sont indispensables pour rendre le quartier attractif et y réussir une mixité sociale que nous appelons tous de nos vœux mais dont on sait aussi qu’elle consiste toujours en un équilibre fragile et qui ne s’impose pas.


D’ailleurs, les habitants membres du CQ ne s’y sont pas trompés eux qui ont souhaité travailler tout particulièrement sur la notion d’écoquartier et qui ont souhaité mettre en avant cet aspect des relations sociales, de la vie de quartier et de la nécessité de créer des lieux de rencontres dans le quartier. Le conseil de quartier s’est ainsi interrogé sur : « quels espaces concevoir pour favoriser concrètement le lien social et comment faire vivre réellement la mixité (fonctionnelle, sociale, culturelle...) à l’échelle du quartier ? ».


Leur question me semble fondamentale. Elle passe aussi par un travail de concertation et d’accompagnement à tous ceux qui aujourd’hui font vivre le quartier et dont on sait que, parfois, ils sont en souffrance. Il me semble d’ailleurs qu’il y a un vrai travail d’accompagnement et de soutien accru à faire pour que la maison de quartier reste ce pilier qu’elle doit être au cœur du quartier.


Autre sujet qui me semble fondamental, c’est l’amélioration de la concertation et je rappelle avec toute humilité car je sais combien concerter n’est pas toujours facile qu’il ne faut pas confondre l’information et la concertation !


On le constate en lisant le conflit en train de monter avec les professionnels de la cité scolaire autour du collège et du lycée. Comment se peut-il qu’alors que la question éducative est mise en avant depuis des années autour du label de cité éducative, que les professionnels sont ultra mobilisés dans des réunions de travail, on en arrive à cette confrontation qui montre qu’on ne travaille pas suffisamment ensemble autour de cette cité éducative.


Un quartier, ensuite, a besoin pour se développer d’une offre commerciale diversifiée et répondant aux besoins de ses habitants. Comment aujourd’hui sommes nous prêts à y répondre ? Y a-t-il un groupe de travail à pied d’œuvre pour rendre attractif dés maintenant le quartier, encourager des projets en lien avec de futurs commerçants et espérer voir y revenir rapidement des commerces de bouche, un tabac-presse et tout ce qui contribuera au dynamisme du quartier ?

Enfin, je conclurai mes propos par mon regret de voir que la place de la jeunesse n’est finalement pas prise en compte. Il y a quelques années, dans le précédent mandat, il avait été évoqué que la question d’un local jeunes, pour remplacer celui que vous avez fermé, serait pensé dans le cadre de la rénovation urbaine. Or, qu’en est-il aujourd’hui ? Alors oui ce local jeunes avait connu des hauts et des bas, plus souvent des bas que des hauts, mais il avait le mérite de répondre à un besoin, à une forte demande des jeunes qu’on leur propose un lien de rencontres, un lien pour développer des projets, un lieu qui puisse servir de passerelle vers d’autres structures…. Aussi, je vous demande, Monsieur le Maire, de mettre en place un groupe de travail composé de jeunes du quartier, d’habitants, des associations du quartier et bien sûr de la collectivité pour tous ensemble, repenser la place des jeunesses dans le futur quartier.


Retrouvez l'intervention en vidéo ici


Intervention de Silvia Camara-Tombini

Conseil municipal du 27 septembre 2021

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout